PRÉSENTATION



Aliment traditionnel du cheval, l’avoine lui plaît pour son goût unique. Les qualités nutritionnelles de cette céréale sont elles aussi exceptionnelles.

L’avoine présente en effet un très fort taux de glucose et de matières grasses (5%), doublé d'un équilibre
« glucides - protides - lipides » tout simplement parfait. Grâce à son fort pouvoir stimulant, elle est tout indiquée pour l'alimentation du cheval de course ou de travail intensif.

Les « Avoines du Perrin » sont une entreprise familiale, fondée en 1983 par Philippe Bouvier. Fils d’éleveur de trotteurs, il met son savoir-faire agricole et ses compétences commerciales au service du cheval depuis plus de 20 ans. En savoir plus... Philippe Bouvier cultive ses terres avec passion depuis 1983 au lieu-dit « le Perrin », à Colonard-Corubert, dans l’Orne.

Son parcours professionnel a été vivement marqué par des influences familiales empreintes d’une forte culture hippique. Celle de son père, Michel, éleveur de trotteurs à l’origine de la fameuse souche des Bellêmois ; mais aussi celle de son oncle, Jean Huard, négociant en céréales au Merlerault, auprès duquel il a découvert les plus beaux établissements d’élevage équin de la région, dont ceux du prince Aga Khan. « Leur collaboration a duré plus de vingt ans et ne s’est achevée que lorsque mon oncle a cessé son activité pour prendre sa retraite en 1987 » explique Philippe Bouvier.

Si l’élevage de son père, à l’origine notamment de Valse Bellêmoise, la mère du chef-reproducteur Jiosco, a connu une très belle réussite, c’est à la culture céréalière que Philippe Bouvier a choisi de consacrer sa carrière. « L’élevage familial, qui comptait une dizaine de poulinières, a longtemps été exploité sur les pistes par Gaston Roussel et son épouse ; je suis toujours naisseur de quelques poulains, mais la culture céréalière était une vraie passion, dont j’ai décidé de faire ma profession.»

Les « Avoines du Perrin » ont suivi une progression constante. L’entreprise, devenue société commerciale, est exploitée par Philippe Bouvier et son épouse, Odile. Tout d’abord cultivateurs, ils ont obtenu il y a deux ans le statut de négociants auprès de l’ONIGC (Office National Interprofessionnel des Grandes Cultures), ce qui les autorise désormais à vendre leur production.

Devenu OS (organisme stockeur), les « Avoines du Perrin » s’efforcent de satisfaire une clientèle d’éleveurs, entraîneurs, propriétaires de chevaux parmi les plus réputés de la région normande. « Nous travaillons en étroite collaboration avec des agriculteurs voisins, que nous conseillons dans leurs récoltes. Nous ne cherchons pas à produire du volume, mais de la qualité, dans le pur respect des cultures percheronnes. »


Les « Avoines du Perrin » sont produites en Normandie, au cœur du Perche, entre Nogent-le-Rotrou (28) et Bellêmes (61). Cultivées sur d’excellentes terres agricoles, elles répondent aux critères de qualités les plus exigeants. En savoir plus... Situées au cœur de l’Orne (Basse-Normandie), les collines du Perche, où l’avoine trouve ses racines, offrent des conditions optimales à la culture de cette céréale, traditionnellement destinée à l’alimentation équine dès le XIXe siècle. Terres fraîches, elles piègent les arrivées océaniques de la Manche et de l’Océan Atlantique, offrant une pluviométrie assez régulière et fournie, sans être excessive.

L’avoine, aliment naturel, présente les qualités nutritionnelles essentielles aux besoins d’entretien, de production et de travail des chevaux. Cultivées en plein cœur de la plus fameuse région d’élevage équin française, les « Avoines du Perrin » sont fières de compter parmi leur clientèle, fidèle depuis plus de 20 ans, les centres d’entraînement et d’élevage locaux les plus réputés. Haras de Trotteurs, Pur-sang ou Selles Français, tous reconnaissent les bienfaits de l’avoine, qui compose la base de l’alimentation de leurs chevaux.